Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Prepa HEC

Classements des écoles, réputation, taux de réussite, professeurs, pédagogie et inside stories...

Maths II ESSEC voie ECE : la polémique !

Publié 23 Mai 2014 par Aristote420 in maths 2, prepa hec, concours, BCE, ESSEC, polémique, hors programme

Maths II ESSEC voie ECE : la polémique !

A l’issue de l’épreuve de Maths II de l’ESSEC pour les ECE, les forums se sont enflammés. La partie 2 de l’énoncé comportait en effet plusieurs notions complètement hors programme. Si l’exercice n’est pas inhabituel pour une épreuve connue pour sa roublardise, l’infaisabilité totale d’une partie du sujet a fortement irrité un grand nombre de candidats et de leurs professeurs. Petit tour d’horizon de la polémique Maths II ESSEC.

Epreuve de Maths II ESSEC 2014 : que s’est-il passé ?

L’épreuve de Maths II de l’ESSEC est relativement mythique dans le monde de la prépa HEC. Réputée comme la plus difficile, et souvent peu attentive au respect du programme, elle est redoutée par beaucoup d’étudiants.

En général, les parties hors-programme reposent toutefois sur des notions que les candidats ont travaillées. Ils doivent construire un raisonnement qu’ils n’ont pas vu en cours mais à partir d’éléments qu’ils connaissent.

Cette année, la plupart des étudiants et les professeurs de maths de prépa sont formels. Plusieurs questions de la partie 2 du sujet étaient proprement infaisables. Elles reposaient sur des questions de trigonométrie que les étudiants n’avaient jamais travaillées en voie ECE. Il n’y avait aucune façon de contourner l’obstacle.

Une erreur assez grotesque

Ce qui pose d’abord question dans cette histoire est ce qui a bien pu passer par la tête du concepteur du sujet. L’hypothèse la plus probable est bien entendu celle de la bourde involontaire.

Le concepteur a pu oublier que le programme de maths avait changé il y a deux ans, il a pu oublier qu’il concevait un sujet destiné aux ECE, il a pu oublier enfin de rajouter une ligne d’explication en début de problème pour expliciter une notion qui aurait rendu le problème faisable (« A noter, la dérivée de cos est blablabla »).

Aucune de ces hypothèses n’est très reluisante pour les concepteurs de sujets de l’ESSEC dont on se demande bien comment ils ont pu passer au travers d’une telle bévue. Il est de plus parfaitement grotesque que personne à la direction ou au service concours ne s’en soit aperçu.

C’est la raison pour laquelle on ne peut pas non plus écarter totalement l’idée que les concepteurs de l’ESSEC se soient laissé embarquer dans une course avec HEC à qui fera l’épreuve de maths la plus difficile. Certains rappellent cette réponse apportée par le service concours d’HEC à qui les concepteurs proposaient deux sujets il y a quelques années : « le plus dur ».

L’épineuse question de l’équité

Quoi qu’il en soit, les étudiants et les professeurs se posent maintenant la question de ce que fera l’ESSEC face à la vindicte. La seule solution garantissant une totale équité consisterait à faire refaire l’épreuve à l’ensemble des candidats mais un email envoyé par le service concours de la BCE aux candidats a balayé cette hypothèse. Ce même email indiquait sobrement : « des instructions seront données pour la correction afin que les candidats ne soient pas pénalisés. »

Difficile, toutefois d’imaginer comment faire un barème équitable : noter sur 40 ? Supprimer les questions infaisables ?

Certains étudiants ont immédiatement abandonné cette partie pour se concentrer sur le reste. D’autres, au contraire, se sont acharnés, ne pouvant imaginer que la grande majorité de la partie 2 était simplement impossible. Ils ont ainsi perdu un temps précieux pour le reste de l’épreuve. L’erreur de ces candidats est d’autant plus compréhensible sur une épreuve de Maths II ESSEC où les sujets hors-programme mais faisables sont monnaie courante.

Bref, attendons les résultats du concours mais il semble bien qu’à force de vouloir jouer à celui qui pisse le plus loin, l’ESSEC ait fini par mouiller ses chausses…

Commenter cet article