Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Prepa HEC

Classements des écoles, réputation, taux de réussite, professeurs, pédagogie et inside stories...

Vincent Peillon se paie les professeurs de classes prépa avec suffisance

Publié 5 Décembre 2013 par Aristote420 in Prepa, vincent peillon, professeurs, réforme

Vincent Peillon se paie les professeurs de classes prépa avec suffisance

Vincent Peillon, dans une interview donnée hier matin à France Inter, a réaffirmé son ambition de réformer le système de gestion des heures des professeurs de classes préparatoires. Assénant avec suffisance, comme seule justification, de grands concepts creux comme la transparence, le ministre de l’Education incarne dans toute sa splendeur ce grand mal de l’Etat français qui consiste, en voulant tout maîtriser, à créer des dysfonctionnements dans des secteurs performants.

Réforme des professeurs de classes prépa : ce qui va changer

Aujourd’hui, la plupart des professeurs de classes préparatoires doivent assurer au minimum 8h de cours par semaine, soit presque moitié moins (15h) que les agrégés officiant dans le secondaire. Cela se justifie aisément par la masse de travail hors cours qu’un professeur de prépa doit abattre. Les programmes changent plus souvent et sont plus complexes, les copies sont plus longues à corriger, les étudiants sont souvent plus demandeurs d’un accompagnement personnalisé, etc.

Certains se contentent de ces 8h mais d’autres, dont la capacité de travail est supérieure, assurent jusqu’à 8h d’heures supplémentaires. Ils gagnent certes plus d’argent mais ils travaillent également plus.

La réforme de Vincent Peillon consiste à lisser le nombre d’heures de cours minimal à 10h par semaine pour tous les profs de classes prépa. Deux conséquences principales :

  • Ceux qui travaillaient 8h par semaine devront assurer 2h de cours supplémentaires pour un salaire équivalent.
  • Ceux qui assuraient des heures supplémentaires se voient amputés des revenus complémentaires correspondant à ces 2h.

On comprend donc aisément pourquoi les professeurs de classes prépas se sont unanimement mobilisés contre ce projet de loi. On leur propose simplement de travailler plus sans gagner plus ou de travailler autant en gagnant moins. Cela ressemble fort à un marché de dupes.

Vincent Peillon, roi démagogue

Hier matin sur France Inter, Vincent Peillon annonçait qu’il ne reculerait pas face à la grogne des professeurs. Sans réellement expliquer ce qu’il entendait par là, il s’est contenté d’asséner à plusieurs reprises de grands concepts assez creux tels que la transparence, la justice et l’équité pour justifier son projet de réforme.

On se demande encore un peu d’où sort cette réforme absurde qui n’a vraiment pas de raison d’être à part de la boîte à idées féconde d’un gouvernement qui cherche perpétuellement à justifier son idéologie par des mesures dont la valeur est strictement symbolique.

Vincent Peillon annonce que l’objet de cette réforme est de réallouer des fonds aux professeurs qui enseignent en ZEP. Ce faisant, que ce soit son intention ou non, il envoie le message que les professeurs évoluant en ZEP ne sont pas assez considérés et que ceux qui évoluent en prépa sont privilégiés. Ce d’autant que la réallocation budgétaire est minime puisqu’elle représente 0,03% du budget global.

Sous couvert d’équité et de justice, pour reprendre les termes pompeux de Vincent Peillon, il insinue en réalité une vraie division, réelle et symbolique entre les différents professeurs.

Pourquoi vouloir tout maîtriser ?

Plus généralement, on se demande vraiment ce qui est passé par la tête de Vincent Peillon. Le système des prépas fonctionne bien, les professeurs travaillent beaucoup et les étudiants en sont contents.

En réalité, cette réforme procède de la volonté, si typique de l’Etat providence à la française, de s’immiscer partout, de tout contrôler, de tout réguler, parfois en dépit du bon sens et dans des secteurs qui n’en ont pas besoin.

Au moment où les tests PISA montrent que le niveau scolaire des Français est en déclin continu (dans des proportions effarantes), est-il vraiment opportun de venir pourfendre la branche la plus performante de l’enseignement à la française ? Un niveau de performance à nouveau validé sur la scène internationale par le classement tout frais du Financial Times qui considère HEC comme la meilleure école de commerce européenne.

Commenter cet article

D.G. 06/12/2013 01:26

Le Ministre sait très bien ce qu'il fait;il modifie d'abord par décret les obligations de service de certains (les professeurs de classe préparatoire), diminuant par là leurs revenus.Une fois cela acquis,il s'attaquera à l'ensemble des professeurs,modifiant par décret leurs obligations de service et réduisant leurs revenus.Divers schémas et plans de bataille sont déjà prêts.